ALERTE – Lancement de notre nouveau rapport : « Partout les bombardements nous ont suivis »

Posted by: on Oct 5, 2017 | No Comments

Un an après le rapport « Qasef: fuir les bombardements », Handicap International présente son nouveau rapport: « Partout les bombardements nous ont suivis ».

Venant compléter les résultats précédents, ce rapport confirme que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées en Syrie est un facteur prépondérant du déplacement forcé de la population. Ainsi, cette étude souligne que l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées entraîne de multiples déplacements forcés et induit un modèle de déplacement qui augmente la vulnérabilité des civils.
Avec ce rapport, Handicap international ne veut pas seulement donner une voix aux Syriens déplacés de force, mais appelle également la communauté internationale et les parties au conflit à mettre fin à l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées.

L’utilisation d’armes explosives dans des zones peuplées entraîne de multiples déplacements forcés

«On voit des gens de Homs migrer vers Alep et des gens d’Alep migrer vers Homs. A chaque fois que les bombardements s’intensifient, les gens s’échappent; c’est la même chose dans toutes les villes. Nous étions continuellement contraints de nous réinstaller quelque part et de migrer. Pour les Syriens, la vie et la mort sont sur la route », dit Amira, 44 ans. Elle vivait près d’Alep, où elle était enseignante. De 2012 à 2015, elle a été témoin des bombardements de son village, avant de pouvoir fuir en Turquie puis au Liban en 2016. Un de ses fils a été tué lors d’un bombardement. Elle vit désormais seule avec son fils cadet et souffre de dépression.

Les données quantitatives recueillies lors de l’enquête confirment que :

  • La majorité des répondants (environ 133) a été déplacée entre 1 à 3 villes syriennes différentes avant de trouver refuge au Liban.
  • 44% de tous les répondants ont vu leurs propres maisons détruites en raison de l’utilisation d’armes explosives.
  • 36% des répondants lient directement l’utilisation d’armes explosives à la destruction de biens civils, autres que les résidences particulières.
  • 83% des répondants qui ont subi un handicap résultant des bombardements en Syrie sont des hommes. Mais, un pourcentage plus élevé de femmes (10% plus élevé) fait référence aux blessures causées à un proche par l’utilisation d’armes explosives.
  • 44% de tous les enquêtés affirment qu’ils ont perdu leurs moyens de subsistance à cause de l’utilisation d’armes explosives.

L’étude reflète également les dommages considérables engendrés par l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées en termes de vulnérabilité socio-économique, liée notamment à la perte de moyens de subsistance, à la perturbation des infrastructures civiles, ainsi qu’à l’impact à long terme sur la santé mentale. En effet, la peur, le stress et la détresse sont identifiés comme le troisième impact collectif le plus important de l’utilisation d’armes explosives en Syrie.

Vers une déclaration politique internationale sur les armes explosives

Au cours des dernières années, le Secrétaire général des Nations Unies a fait part de sa préoccupation concernant la protection des civils en conflit, mentionnant l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées comme un enjeu important à cet égard. Environ 70 États ont reconnu l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées comme un problème humanitaire majeur. En tant que membre fondateur du Réseau international contre les armes explosives (INEW), Handicap International appelle à l’élaboration d’une déclaration politique internationale sur les armes explosives.

Ce rapport est destiné à contribuer à ce processus politique. Handicap International présentera son nouveau rapport intitulé “Partout les bombardements nous ont suivis” le 5 octobre à Genève et le 17 octobre à New York.

L’organisation est aussi impliquée dans une campagne internationale pour la fin de l’utilisation d’armes explosives en zone peuplée. Lancée en septembre 2017, la pétition «Stop bombing civilians» rassemble des centaines de milliers de signatures et attire l’attention des médias.

Si vous aussi vous souhaitez dire « Stop bombing civilians », visitez notre site internet : http://stop-bombing-civilians.org/

Lire le rapport en anglais; le résumé en anglais, en français et en allemand.

 

Regardez aussi l’histoire de Ranim, série de courtes vidéos basées sur les histoires des réfugiées syriennes qui ont fui les bombardements dans leur pays pour venir se réfugier au Liban.

Episode 1 ‘Shattered

Episode 2 ‘Displaced

Episode 3 ‘Desperate

Episode 4 ‘Injured

Episode 5 ‘Safe

Everywhere the bombing followed us Study2017_HI_ENG-WEB