FEEDBACK – 5ème Forum du Désarmement Humanitaire: Plus vite, plus haut, plus fort!

Posted by: on Oct 17, 2016 | No Comments

Les 15 et 16 octobre, plus de cent représentants d’organisations et de campagnes de la société civile se sont réunis à New York pour le Forum du Désarmement Humanitaire 2016.

Cette année, Handicap International était très heureuse de co-organiser le Forum avec la Campagne Internationale pour Abolir les Armes Nucléaires (ICAN) et Mine Action Canada, dans les locaux de la PACE University. L’objectif du forum de cette année était de partager et d’apprendre l’un de l’autre/les uns des autres comment améliorer l’efficacité de la campagne liée au désarmement, sous le thème “Plus vite, plus haut, plus fort”.

Le premier jour, Handicap International a eu le plaisir de partager le récit des réussites des différents responsables de campagnes.

Ce fut l’opportunité de partager avec nos collègues les progrès du processus international pour une déclaration politique pour mettre fin à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Ce fut également édifiant d’échanger sur les défis auxquels nous faisons face pour protéger les civils contre l’effet des armes, et d’identifier des synergies entre nos différents travaux pour tenir les Etats responsables vis-à-vis du droit international humanitaire, pour assurer le suivi de la mise en œuvre des traités et pour avancer vers de nouvelles solutions pour le désarmement humanitaire.

Nous avons aussi eu la chance d’échanger avec des diplomates, qui nous ont donnés leurs visions de l’action de la société civile dans le domaine du désarmement et comment la rendre plus influente. Les représentants des Etats ont souligné la valeur de nos efforts de coordination, au travers de coalitions internationales, de nos travaux de recherche et de notre engagement sur les réseaux sociaux. Ils ont appelé à plus d’engagement des ONG avec les petits Etats en développement afin qu’ils priorisent les enjeux du désarmement.

Le travail en petits groupes a été très riche et divers, et nous a permis d’identifier des messages clés et des bonnes pratiques, par exemple sur :

  • Comment stigmatiser efficacement les armes et utiliser des messages convaincants,
  • Comment cibler les pays récalcitrants et challenger leurs politiques,
  • Comment être créatif(s) dans la manière dont nous mettons en œuvre et utilisons la recherche, que ce soit par le storytelling, la mise en avant de faits et de chiffres, la collaboration et le partenariat.

Handicap International a partagé sa réflexion et ses pratiques pour l’utilisation de preuves solides et fiables permettant un plaidoyer plus efficace.

Mais l’essentiel de notre apport était de promouvoir l’importance du travail avec les survivants et les communautés touchées par les thématiques du désarmement.

This slideshow requires JavaScript.

Nous avons animé un panel très apprécié sur l’approche intégrée de l’assistance aux victimes. Le panel était facilité par Anne Héry, directrice du plaidoyer pour Handicap International. Et l’organisation a permis la participation de Yousef E’layan, coordinateur de programme pour la mission en Jordanie, et de deux défenseurs des droits des personnes handicapées de la Campagne Internationale contre les Mines (ICBL), Jésus Martinez, Président du Conseil National pour un soutien intégré aux personnes handicapées, del Salvador (CONAIPD) et survivant d’un accident par mines, et Magaret Arach Orech, Directrice de l’Association Ougandaise des  Survivants de Mines et survivante de mines.

Ils ont partagé les histoires de victimes d’armes explosives, leurs parcours de survie et la manière dont ils ont pu devenir défenseurs. Handicap International a présenté son travail et ses messages pour  garantir la prise en compte des besoins des victimes à long terme, aussi bien par des efforts ciblés d’assistance aux victimes, mis en œuvre de façon non-discriminatoire, que par des cadres de développement plus larges, notamment l’agenda 2030, les droits de l’homme et la Convention sur les Droits des Personnes Handicapées.

Nous avons eu la chance de débuter la seconde journée par un échange avec Andrew Feinstein, ancien membre du Parlement Sud-africain, activiste du désarmement et cinéaste.

Il a présenté le film Shadow World, dénonçant la corruption au sein du commerce international des armes. L’entendre pointer l’importance des actions juridiques, des pétitions et d’autres formes d’implication de l’opinion publique était en effet très inspirant.

Cette conversation était le coup d’envoi d’une journée de discussions et de travail sur des enjeux transversaux afin d’élargir nos points de vue et de trouver des soutiens en dehors du secteur. Nous avons échangé à propos sur la manière dont les campagnes de désarmement peuvent créer un espace pour les voix marginalisées et apprendre de la réussite des campagnes de plaidoyer d’autres communautés (par exemple des organisations de personnes handicapées, des mouvements LGBT, des mouvements de personnes indigènes). Les participants ont aussi échangé sur les bonnes pratiques pour engager les médias, les communautés religieuses et la jeunesse.

Nous vous tiendrons bien sûr informés du résultat et du suivi de ces sessions de réflexion!