ALERT – Nouveau rapport – Qasef: Fuir les bombardements, points de vue de réfugiés syriens

Posted by: on Sep 28, 2016 | No Comments

Handicap International lance aujourd’hui son nouveau rapport, Qasef: Fuir les bombardements. Le rapport identifie l’utilisation des armes explosives en zones peuplées en Syrie comme un facteur déterminant dans le déplacement forcé des populations, et reflète la terrible situation quotidienne que les civils syriens doivent affronter.

Les bombardements et pilonnages indiscriminés sont devenus la norme dans ce conflit, obligeant des millions de personnes à fuir leurs maisons. Cette pratique a entraîné une des pires crises humanitaires depuis la Seconde Guerre Mondiale. Depuis 2012, et le début des activités d’Handicap International en réponse à la crise humanitaire en Syrie, nous avons dénoncé l’étendue épouvantable des destructions et le nombre de victimes de l’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées en Syrie, particulièrement celles avec large effets de zone.

Handicap International demande aux parties au conflit de cesser l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Elle appelle aussi la communauté internationale à condamner fortement cette pratique et à prendre des mesures pour y mettre fin.

© D. Parel / Handicap International – July 2016.

© D. Parel / Handicap International – July 2016.

Plus de 10,9 millions de Syriens ont été déplacés (6,1 millions en Syrie, et 4,8 millions comme réfugiés), l’équivalent de plus de la moitié de la population du pays. Les équipes d’Handicap International travaillent quotidiennement aux côtés des réfugiés ou des familles déplacées. Les bombardements et les pilonnages sont une caractéristique commune de leurs histoires, ils ont souvent fui leurs habitations à la recherche de sécurité et ont été incapables de rentrer du fait des destructions massives des infrastructures civiles, de la présence dangereuse de restes explosifs de guerre et de l’insécurité permanente. Nous voulons nous assurer que les voix de ces réfugiés soient entendues.

La majorité des Syriens interrogés dans le cadre de l’étude a souligné que la principale raison de leur départ était l’utilisation d’armes explosives dans leurs villages, villes et cités. Et selon ces témoignages, les Syriens doivent souvent se déplacer à plusieurs reprises. Ils ont été déplacés jusqu’à 25 fois par des attaques successives avant de trouver un abri sûr. Ces déplacements répétés provoquent une extrême pauvreté et de sérieux troubles psychologiques.

L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est la principale cause de décès des civils en Syrie. Le Réseau d’Information Régional Intégré (IRIN) affirmait en 2012, dans une étude citée par le rapport, que l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées  était responsable de 48% des victimes civiles, atteignant 83% en 2016. Certaines armes, comme les bombes barrils et les fusées éléphant, sont indiscriminées par nature, c’est leur manque de précision qui cause un grand nombre de victimes civiles. Le rapport explique aussi comment les Syriens indirectement victimes des attaques sont également forcés de fuir afin de reconstruire leurs vies: les bombardements détruisent les infrastructures clés (maisons, hôpitaux, réseaux d’eau et d’électricité, etc.) et la vie sociale et économique.

“La guerre ne justifie pas tout. Il y a des règles internationales qui doivent être respectées, telle que la règle demandant aux parties au conflit de protéger les civils des effets de la guerre”, rappelle Anne Héry, Directrice du plaidoyer d’Handicap International. “Les attaques utilisant des armes explosives avec un large rayon d’impact en zones peuplées ont des effets indiscriminés. Tous les Etats ont le devoir de s’assurer que le droit international humanitaire est respecté et appliqué.”

Un processus politique étant en cours pour adresser les dommages causés aux civils par les armes explosives en zones peuplées, nous espérons que ce rapport contribuera à sensibiliser le public aux défis auxquels sont confrontés les réfugiés syriens et à l’impact significatif et de  long-terme de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, au-delà des  morts et blessures qu’elles génèrent à court terme. En septembre 2015, Handicap International a lancé une campagne internationale pour mettre fin aux attaques sur les civils. Nous appelons les Etats à signer une déclaration politique pour mettre un terme à  l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, et reconnaître la souffrance causée aux civils. A cette fin, nous avons cofondé INEW (le Réseau International contre les Armes Explosives), une coalition d’organisations internationales et nationales.

Lisez le rapport ici.

Consultez le résumé en anglais, en français, en allemand.

Study2016_Rapport_Qasef_newcharte_WEB-2