ALERT – Protégeons les civils de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées

Posted by: on Jun 9, 2016 | No Comments

Handicap International appelle la France, qui organise le 10 juin à New York un débat sur la protection des civils, à aborder le problème de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Cette pratique, largement utilisée dans les conflits actuels, tue et blesse en grande majorité des civils.

Infographic EWIPA

La France qui préside le Conseil de sécurité des Nations unies organise le 10 juin à New York un débat sur la protection des civils.  Dans une lettre adressée au président de la République François Hollande, Handicap International appelle la France à aborder le problème de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, pratique largement utilisée dans les conflits actuels qui tue et blesse en très grande majorité des civils.

« Alors que les guerres en Syrie, en Irak, en Ukraine, etc. charrient chaque jour leur lot d’horreurs, nous demandons à la France, en qualité de présidente du Conseil de sécurité, de prendre publiquement position contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, déclare Anne Héry, directrice du Plaidoyer à Handicap International. A l’occasion du débat qu’elle organise le 10 juin, la France doit condamner cette pratique barbare et reconnaître les souffrances qu’elle inflige aux civils. »

Un mois après la publication du rapport du Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon sur la protection des civils[1], qui consacrait un chapitre important à ce problème, la tenue de ce débat doit être l’occasion d’appeler les Etats à s’engager en faveur d’une déclaration politique visant à protéger les civils de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques lourds. Elles détruisent des habitations et des infrastructures civiles essentielles, comme  les écoles et les hôpitaux, et provoquent le déplacement forcé des populations.

Les restes explosifs qui demeurent sur les zones touchées génèrent une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats, rendant la vie sur place impossible et le retour dans les quartiers extrêmement périlleux une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Lire la lettre adressée à François Hollande:

Présidence-Fr-Conseil-de-Sécurité-2

[1] http://www.inew.org/site/wp-content/uploads/2016/05/S-2016-447_SG-Report-on-PoC-13-May-2016.pdf